Trophee Ligue 2
Actualité

METZ S'OFFRE UN STADE SAINT-SYMPHORIEN RÉNOVÉ

Publié le 28/05/2019 à 09:35

Partager

Promu en Ligue 1 Conforama, le FC Metz disposera d’un stade rénové en août 2020 pour une capacité de 30.000 places.

Le FC Metz, champion de Domino’s Ligue 2 et ainsi promu en Ligue 1 Conforama la saison prochaine, va s'offrir un stade Saint-Symphorien rénové qui va augmenter sa capacité d'accueil à 30.000 places, pour un budget 60 millions d'euros, a annoncé lundi son président, Bernard Serin.
Le projet initial lancé en mars 2018 prévoyait seulement la construction d'une nouvelle tribune sud, dont la démolition a débuté lundi.
Sa nouvelle mouture sera désormais complétée « par la fermeture de l'angle sud-est et sud-ouest, un dispositif de contrôle d'accès, un parvis et un enveloppement du stade pour soigner son aspect extérieur », a expliqué M. Serin lors d'une conférence de presse.
LA NOUVELLE TRIBUNE LIVRÉE EN AOÛT 2020
 
Le budget prévu va passer de 30 millions d'euros à 60 millions, dont 45,5 à la charge du FC Metz, a-t-il précisé lors de cette conférence tenue aux côtés du maire de Metz, Dominique Gros, et du président du Conseil Départemental, Patrick Weiten.
La nouvelle tribune sud, qui sera d'une capacité de 8.000 spectateurs -contre 3.500 actuellement-, devrait être livrée en août 2020. Les virages du stade mosellan situé sur la commune de Longeville-les-Metz, près de Metz, seront quant à eux prêts en août 2021.
La capacité d'accueil du stade, qui est actuellement d'environ 26.000 spectateurs, va passer à 30.000 à la faveur de ces travaux qui prévoient également la rénovation complète du système son et lumière du stade.
« Ce projet intègre la multifonctionnalité avec des recettes (supplémentaires) tous les autres jours que ceux du match », a souligné M. Serin.
« Les surfaces (utilisables) tous les autres jours de l'année apporteront des recettes qui permettent de financer une partie des infrastructures supplémentaires », a encore expliqué le dirigeant du club grenat, selon lequel le FC Metz est « en train de discuter les emprunts, sur une durée de 12 à 20 ans ».