Franck Haise (RC Lens)
Interview

Franck Haise : « Des entraînements individualisés à La Gaillette »

Publié le 19/03/2020 à 19h00 - NM

Partager

Comme la plupart des clubs de Domino’s Ligue 2, le RC Lens est à l’arrêt depuis plusieurs jours. L’entraîneur des Sang et Or, Franck Haise, revient sur cette situation inédite et nous explique les mesures qu’il a mis en place avec son staff, dont l’instauration d’un programme individualisé sur site.

Franck Haise, qu’avez-vous mis en place avec votre staff pour que les joueurs restent dans une forme optimale ?
Dans un premier temps, on avait commencé à envoyer des programmes individuels pour les joueurs. Désormais, on va passer à la deuxième étape. Certains n’ont pas de matériel ou vivent dans des appartements, donc à partir de demain (vendredi), sur la base du volontariat et pour certains cas bien précis, ils vont pouvoir effectuer un travail individualisé à La Gaillette.

Comment allez-vous organiser ces séances ?
Cela va se dérouler avec des créneaux définis pour que les joueurs ne se croisent pas, même si un préparateur athlétique sera présent. On est parti sur la base de trois séances d’une heure par semaine avec une quinzaine de joueurs dans ce cas. Bien sûr ceux qui voudront faire plus en dehors pourront le faire. Certes, les joueurs vont pouvoir revenir au club mais vraiment de façon individualisée, sans contact, et avec des mesures d’hygiènes très claires : lavage des mains, mettre des gants, etc. De la même manière, on a aussi proposé des séances pour les gardiens. Les jours où les joueurs de champ seront absents, il y aura deux entraînements spécifiques pour nos trois gardiens, en individuel, avec l’entraîneur des gardiens.

Il n’était pas possible de prêter du matériel aux joueurs pour qu’ils puissent s’entretenir à domicile ?
C’était compliqué… Créer des salles de musculation, avoir des vélos et des tapis de course pour 25 joueurs, on n’a pas ces moyens. Certains joueurs sont un peu plus équipés ou se trouvent à proximité d’une forêt, donc ils peuvent se débrouiller mais pour les autres ce n’était pas possible. Ainsi, on a pris cette option en prenant toutes les précautions possibles.

Comment suiviez-vous les entraînements des joueurs à distance ?
On ne les suivait pas. Tout a été fait dans la précipitation. Après on avait l’optique du suivi GPS mais pour cela on était obligé d’aller les récupérer, d’être en contact avec les joueurs, on n’a pas pris cette option. On a préféré donner aux joueurs un programme individualisé qu’on va améliorer avec ces créneaux sur site.

Le programme va devoir évoluer sans date de reprise…
C’est toute la difficulté. Aujourd’hui, on est sur trois séances d’entretien minimum par semaine, plus une ou deux pour d’autres. On va voir au fur et à mesure des jours et des annonces qui dépendent du gouvernement. Aujourd’hui, le football n’est pas près de reprendre. En tout cas, pour les prochains jours et les deux prochaines semaines, on a pris ces options.

Est-ce que c’est simple de garder les joueurs impliqués ?
Non, pas vraiment, on verra dans quelles conditions ils seront à leur retour. Mercredi, j’ai appelé tous les joueurs pour prendre de leurs nouvelles et leur proposer cette option d’entraînement sur site, puisque certains en avaient fait la demande. C’est un groupe sérieux, mature et qui a des objectifs. Les joueurs savent qu’il faudra y répondre. Après, ce n’est pas simple, ils sont pères de famille, ils ont aussi des grands-parents, comme tout le monde, ils sont touchés par la situation. Il ne faut pas l’occulter.

Lorsque l'heure de la reprise sonnera, combien de temps faudra-t-il pour que les joueurs reviennent au top ?
La durée de l’arrêt va être déterminante. Si on s’arrête deux semaines et qu’on a deux semaines de temps de préparation derrière, cela me semble logique. En cas d’arrêt plus long, il faudra le prendre en compte car si on doit enchaîner les matchs, on ne pourra pas reprendre rapidement. Un temps important sera nécessaire pour préserver la santé des joueurs. A la fois, il y a une coupure athlétique mais il y a aussi l’aspect mental face à ce moment qui est un peu anxiogène pour tous. Il faudra véritablement le prendre en compte.