Antoine Batisse (Pau FC).
Interview

Pau FC : L’effectif présenté par Antoine Batisse

Publié le 01/12/2021 à 16:35 - N. Maître

Partager

Septième après 16 journées de Ligue 2 BKT, le Pau FC enchaîne les bons résultats avec un collectif rafraîchissant, porté par des révélations et des joueurs expérimentés. Antoine Batisse, le capitaine palois, s’est prêté au jeu des présentations, joueur par joueur, avec bienveillance et sincérité.

Alexandre Olliero : « C’est un gardien qui a beaucoup de potentiel. Il a une grosse qualité de jeu au pied. On l’appelle le "gendre idéal" dans le vestiaire. Il est gentil avec tout le monde tout en étant un peu timide. Et comme il lui manque parfois un peu de hargne et de méchanceté, le coach lui a trouvé ce surnom la saison dernière. Depuis ce moment-là, je trouve qu’il a énormément progressé. Sur le terrain, il donne beaucoup plus de voix qu’avant. De manière plus générale, à force d’enchaîner les matchs, ce qu’il n’avait pas connu avant de nous rejoindre, il s’est également amélioré dans ses sorties aériennes et sur sa ligne. On a pu le voir lors de son dernier match en championnat (face à Guingamp), où il nous sort un pénalty et nous permet de rester dans le match. C’est un vrai bosseur. »

Benjamin Bertrand : « Pour Alex’ (Olliero) et même pour les autres joueurs, c’est un peu le grand frère de l’équipe. Il connaît son rôle, il n’est pas là pour mettre des bâtons dans les roues d’Alex’. Si j’étais gardien, avoir un numéro 2 avec cet état d’esprit, ça serait que du bonheur. C’est bénéfique pour l’entente du groupe. Avant les matchs, après les matchs, que l’on perde ou que l’on gagne, il a toujours les bons mots pour nous motiver ou nous apaiser. Il est très important. Quand c’est lui qui parle, le message passe toujours bien. »

Xavier Kouassi : « Le tonton de l’équipe. Je dirais même que c’est notre tonton nudiste (rires). C’est un amour ce gars. Alors qu’il va bientôt avoir 32 ans, c’est comme s’il avait 16 ans dans sa tête. Il ambiance tout le temps le vestiaire. C’est un super joueur. Depuis que le coach l’a repositionné en défense centrale en fin de saison dernière, il ne perd pas un duel malgré sa petite taille. Il nous apporte aussi son expérience. Quand l’équipe va un peu moins bien, il a cette capacité à rassembler, fédérer et motiver tout le groupe. Tout le monde a confiance en lui. »

« Erwin Koffi ? Un des meilleurs latéraux droits de Ligue 2 BKT »

Mahamadou Dembélé : « Le couteau suisse. Il est capable de jouer latéral droit, latéral gauche, au milieu de terrain et bien évidemment dans l’axe. Même à l’entraînement, il oscille à tous ces postes. Contrairement à ce que certains peuvent penser, il n’est pas là pour boucher les trous. C’est important d’avoir un joueur aussi polyvalent dans un groupe. Dès qu’on a besoin de faire appel à lui, il répond toujours présent. Pourtant, c’est compliqué d’être un coup titulaire, un coup remplaçant et de ne jamais jouer au même poste. C’est un jeune qui a beaucoup de qualités : il a les deux pieds, il saute haut et il court vite. S’il continue de bien travailler et de garder la tête sur les épaules, ce dont je ne doute pas, il peut avoir une belle carrière devant lui. »

Kenji-Van Boto : « C’est un joueur discret, gentil, qui sait aussi rigoler quand il faut. Il est jeune par son âge (25 ans) mais il a quand même joué pas mal de matchs avec l’AJ Auxerre (76 en Ligue 2 BKT). Il a toujours envie d’y arriver, il accepte la critique, même s’il n’est pas souvent critiquable au vu de son début de saison, et il se remet souvent en question. On voit vraiment qu’il a envie de progresser. Il travaille et il ne râle pas. Ce n’est que du bonheur d’avoir un joueur de ce type dans l’équipe. En plus, comme il enchaîne les matchs et qu’on a de bons résultats, on sent qu’il prend en confiance et qu’il se libère au fil du temps. »

Erwin Koffi : « Un des meilleurs latéraux droits de Ligue 2 BKT. "Kara" a énormément progressé depuis le début de la saison dernière. Défensivement, il tient la route, gagne la plupart de ses duels, et offensivement, il est très important. C’est un joueur complet. On parle souvent des latéraux modernes qui doivent apporter offensivement, lui répond parfaitement à cette catégorie. Sur la plupart de nos occasions, c’est lui qui apporte le surnombre. Il est capable de rentrer intérieur ou d’écarter le jeu en restant proche de la ligne de touche. Défendre sur lui en match, ça doit être compliqué : il est puissant, il va vite et a une technique impressionnante balle au pied. Sinon, dans le vestiaire, il est toujours là pour rigoler, il est toujours dans la déconnade. Mais quand il faut travailler, c’est le premier à répondre présent. »

Louis Bury : « L’enfant du club. Il a toujours joué à Pau, il est originaire d’ici. Malheureusement, il n’a pas de temps de jeu, donc c’est toujours un peu compliqué. Après, il est professionnel dans son club, dans sa ville, il kiffe. A l’entraînement, il va toujours se battre et se donner à fond. C’est bien pour nous. Parce qu’habituellement les joueurs qui n’ont pas de temps de jeu, ils font la "gueule" et ils ne se battent pas au quotidien. Mais lui, il a toujours faim, donc c’est intéressant pour la qualité des séances. »

David Gomis : « Un joueur qui connaît bien le championnat. Il est capable d’éliminer n’importe qui. Je ne l’ai quasiment jamais vu perdre un un-contre-un. Quand il est lancé, c’est une fusée, il a cette capacité à aller très vite avec le ballon et il a des petits appuis très difficiles à gérer. Il peut facilement changer l’orientation de son corps. Puis, il a aussi une très belle frappe de balle, à l’image de son but face au SM Caen, un enroulé pleine lucarne. En dehors du terrain, c’est un vrai mec du Sud. Il a l’accent et il adore déconner. Grâce à son expérience, il s’est aussi très vite intégré. Comme la majorité des joueurs n’a qu’une saison de Ligue 2 dans les jambes, quand il vient nous parler, on sait que ça va être bénéfique pour le groupe. »

Jean-Lambert Evan’s : « Il faut l’appeler Evan’s. Il n’aime pas trop Jean-Lambert, mais on le charrie avec ça (rires). On l’appelle aussi "Eza". C’est un boute-en-train, il fait que de déconner tout le temps. Quand il arrive le matin, il a toujours le sourire, je ne l’ai jamais vu faire la "gueule" depuis qu’il est arrivé. A la base, il est latéral gauche, mais le coach le fait plus jouer comme ailier gauche pour le moment. Il a une grosse qualité de centre. Il a un pied gauche incroyable, c’est fou. Il est capable de mettre le ballon où il veut. Il a aussi une qualité de vitesse et d’élimination impressionnante quand il est lancé. »

« Je l’appelle "Lobryć" en référence à Luka Modrić »

Jovan Nisic : « Il a eu un peu de mal à s’adapter au championnat en début de saison. Il nous dit que la Ligue 2 BKT est beaucoup plus physique, plus tactique et tout simplement meilleure que le championnat serbe. Il trouve qu’il a eu du mal à s’imposer mais je ne suis pas d’accord. Il a une qualité technique et une vision du jeu impressionnantes. Son seul petit défaut, c’est qu’il doit encore progresser dans l’agressivité. Il a envie d’aller au contact mais il est encore un peu léger. C’est un joueur super intelligent et très agréable en dehors du foot. Il prend des cours de français et il a beaucoup progressé en très peu de temps. Maintenant, on peut avoir une discussion avec lui, alors qu’il ne connaissait pas un mot en arrivant. Comme on a un super groupe, on l’a tout de suite intégré. »

Victor Lobry : « Je l’appelle "Lobryć" en référence à Luka Modrić. C’est notre maestro, le poumon de l’équipe. Si Victor est dans un bon jour, tu peux être sûr que l’équipe va l’être aussi. Sur les données GPS à la fin de chaque rencontre, il explose tout. Il a les meilleures statistiques de Ligue 2 BKT en termes de kilomètres parcourus (voir ici). Quand on regarde nos matchs, on le voit partout. Il n’est jamais fatigué, il court partout, il attaque, il défend, et quand il a le ballon dans les pieds, c’est très compliqué de le récupérer. Il est monstrueux. Je peux le complimenter sur tous les aspects. Il a les deux pieds, il est capable d’éliminer, il a une qualité de passe de folie, et même son jeu de tête, il est bon. Je pense que ce qui fait la différence, c’est que ce soit pied droit ou pied gauche, dans sa conduite de balle, ses crochets et ses contrôles, il n’a pas de problème, donc il a toujours un temps d’avance. L’année dernière, c’était notre meilleur passeur (3 buts et 7 passes décisives), et cette année, il marque un peu plus (4 buts). »

Quentin Daubin : « On se connaît depuis qu’on est tout petit car on a été formés à Niort ensemble. Comme Victor, c’est un poumon de l’équipe. Il s’occupe de tout le travail de l’ombre. Il récupère énormément de ballons et harcèle les milieux de terrain adverses pendant 90 minutes. Je n’aimerais pas l’affronter. En ayant "Quinou" devant moi, je suis bien, il me soulage avec toutes ses interceptions. En plus, il est capable de percuter balle au pied et de casser les lignes avec sa qualité de passe. Son état d’esprit est aussi une de ses grosses qualités, il ne lâche jamais rien, il veut toujours aller de l’avant. Il va moins parler que Xavier Kouassi, mais comme on le voit s’arracher sur le terrain, il nous emporte avec lui. »

Djibril Dianessy : « On n’a pas encore trop eu l’occasion de le voir en match cette saison, mais il a un très bon pied gauche. A l’image d’Evan’s, il a une grosse qualité de centre et une belle frappe de balle. Il se déplace aussi très bien. Mais son point fort, c’est vraiment les appels en profondeur. Quand il est lancé, il a la capacité de bien contrôler le ballon et d’être efficace dans la finition. »

Ebenezer Assifuah : « Une crème ! Il n’y a pas plus gentil que lui, c’est un mec en or. Quand il est arrivé, on l’appelait "Assi" et maintenant son surnom, c’est "Bim Bam". Lors de la préparation cet été, on a joué à un jeu qui s’appelle Bim Bam Boum et il en est complétement fan. Son surnom vient de là. Depuis, dès qu’il marque, c’est sa célébration. Comme c’est un jeu avec les doigts, on se met tous en rond et on joue. Après, sur le terrain, il ne compte pas ses efforts. Il rentre souvent dans les 20 dernières minutes et on sait qu’il va multiplier les appels pour profiter de la fatigue des défenseurs adverses. C’est une boule de muscle. »

Zakaria Naidji : « Le dernier arrivé. On ne le connaît pas depuis très longtemps mais il s’est très bien intégré. Dans le vestiaire, il est à côté de "Bim Bam" et ils se chambrent pas mal. A l’entraînement, il a rapidement montré son niveau de jeu. C’est un profil qui nous fait du bien, on n’avait pas de joueur comme lui en attaque. Il est fin techniquement, il fait de très bons appels et il se déplace bien entre les lignes. Il nous permet de varier nos mouvements offensifs. Il lui a fallu un petit temps d’adaptation en championnat mais c’est une belle découverte. J’étais content qu’il marque face à Guingamp, car ça récompense tous les efforts qu’il fait à l’entraînement. »

« Eddy Sylvestre ? C’est une petite pépite »

Samuel Essende : « Comme "Assi", c’est une force de la nature, un monstre physiquement. Quand il est dos au jeu et qu’il contrôle le ballon, il n’y a aucun défenseur qui peut lui passer devant. Il est très solide dans les duels. C’est un véritable point d’appui. Il est également bon dans le pressing, il ne laisse pas les défenseurs respirer. »

Romain Armand :« C’est un peu le même discours et le même style que Kouassi et Ben (Bertrand). Il fait partie des grands frères de l’équipe. Il a aussi un surnom, lui c’est "bichon". On sait tous qu’il a un caractère de "merde" sur le terrain, donc on aime bien le charrier. Il fait que râler en match, on sait que ce n’est pas vis-à-vis de l’équipe, c’est sa nature. Comme il a une grande expérience, il nous donne de très bons conseils. Puis, on ne va pas se mentir, il nous fait beaucoup de bien sur le terrain. De toute façon, Romain Armand peut jouer dans n’importe quelle équipe, il marquera toujours des buts. C’est une gâchette dans la surface. Là, alors qu’il a joué toute sa carrière en pointe, il a été replacé ailier droit et il est déterminant. Avec Koffi, ils se connaissent par cœur sur leur côté maintenant. Ce côté, c’est devenu une grosse force de l’équipe. Maintenant, il est même capable de revenir défendre et de faire des tacles. A 34 ans, je pense qu’il n’y a pas beaucoup d’attaquants capables de faire ça. »

Eddy Sylvestre : « Pour moi, c’est une petite pépite. Il faut qu’il se rende compte de ses qualités. Il a des facilités, dans les contrôles, la percussion et dans les petits périmètres, qui sont impressionnantes. En plus, malgré son petit gabarit, il n’a pas peur de défendre, d’aller au duel et de mettre des tacles. S’il était à 100% de ses capacités, il ne serait pas à Pau. Mais on a la chance de l’avoir en prêt et le coach a confiance en lui. J’espère qu’il va exploser, et à ce moment-là, il va davantage réussir à nous aider. Après, dans le vestiaire, c’est le Marseille. Avec "Bichon" et David (Gomis), il aime bien mettre l’ambiance, il fait partie des grandes bouches qui font rigoler le vestiaire. »