Actualité

Toulouse FC : Anecdotes de montée

Toulouse FC : Anecdotes de montée

Actualité
Publié le 08/06 à 17H52 - ADS

Partager

Souvenirs marquants, matchs charnières, coéquipiers sous-cotés, adversaires les plus coriaces… Les joueurs du Toulouse FC racontent la saison du sacre.

Titre de champion de Ligue 2 BKT célébré dans un Stadium plein à craquer, remontée dans l’élite assurée dès la 35e journée, meilleure attaque du championnat… Le Toulouse FC n’a pas seulement impressionné collectivement en 2021/2022. Les Violets ont aussi trusté les récompenses individuelles avec un Rhys Healey sacré meilleur buteur, un Branco van den Boomen sacré meilleur passeur et une (presque) razzia lors des Trophées UNFP, qui ont reflété la domination toulousaine lors de cette saison de haute volée. Pendant que Philippe Montanier était désigné entraîneur de la saison, Branco van den Boomen était, lui, élu joueur de l’année par ses pairs. Le milieu néerlandais figurait aussi dans le 11 de l’année du championnat, composé à plus de 50% de Toulousains avec la présence des défenseurs Anthony Rouault, Rasmus Nicolaisen, Mikkel Desler mais aussi des attaquants Rhys Healey et Nathan Ngoumou. Des joueurs qui ont évoqué les coulisses d’une saison exceptionnelle entre souvenirs marquants, tournants, coéquipiers qui mériteraient plus de reconnaissance et adversaires les plus coriaces.

Des « célébrations incroyables » pour Healey

Nathan Ngoumou se souviendra longtemps des festivités qui ont suivi les victoires contre Niort et Nîmes au Stadium, respectivement synonymes de montée et de titre de champion de Ligue 2 BKT. L’international Espoirs retiendra aussi la réception du Paris FC début avril (2-1), qu’il identifie comme un tournant de la saison du Téfécé. « Ce match a été déterminant dans notre parcours. Même si on a été menés, on a su renverser la situation. Pour moi, cette victoire a assuré notre montée tout en montrant notre ambition à aller chercher le titre. Tout ça dans un Stadium avec 28 000 personnes, à guichets fermés, du jamais vu depuis bien longtemps ! », avance Nathan Ngoumou.

Auteur du but de la victoire contre le PFC, Rhys Healey a surtout été marqué par le succès contre Niort lors de la 35e journée (2-0), une rencontre qui ne lui a pourtant pas souri personnellement. « C’est mon meilleur souvenir même si c’est un peu paradoxal. Vu la forme d’Ajaccio, on savait qu’on devait l’emporter. On s’était très bien entraînés et quand le match est arrivé, on était relâchés et concentrés. C’était un match un peu particulier pour moi car je me suis blessé après seulement 20 minutes de jeu mais Ado Onaiwu, qui m’a remplacé, a fait la différence dans ce match. En gagnant, on a validé notre montée et les célébrations qui ont suivi étaient juste incroyables », raconte le buteur anglais. Celui qui a bouclé sa deuxième saison avec Toulouse avec 20 buts sur les 82 marqués par la meilleure attaque du championnat ne boude pas son plaisir au moment de regarder dans le rétroviseur : « On avait vraiment une super équipe cette saison. A domicile, on a marqué une tonne de buts. C’est une saison qui restera dans les mémoires… »

Si les hommes de Philippe Montanier ont occupé le fauteuil de leader lors de 31 des 38 journées de la saison, tout n’a pas toujours été facile dans la Ville Rose. Branco van den Boomen estime qu’une prise de conscience collective a été nécessaire. « Il y a eu quelques moments compliqués, notamment quand le préparateur physique nous faisait courir (sourire). Mais le coach nous a dit que si l’on voulait gagner davantage de matchs, il fallait courir plus, qu’il fallait se surpasser pour monter. Et on a vu par la suite qu’il avait raison », reconnaît le meilleur passeur du championnat.

Spierings et Desler impressionnent, Bocognano aussi

Parmi les principaux artisans les plus évidents du titre toulousain, Branco van den Boomen tient à saluer l’importance de son compatriote Stijn Spierings, qui « n’a pas l’attention qu’il mérite ». Un sentiment partagé par le jeune défenseur Anthony Rouault. « Stijn est le joueur le plus sous-coté de notre équipe. Je ne comprends pas pourquoi il n’a pas été élu dans l’équipe-type de la saison car je le trouve très fort, très complet. Que ce soit offensivement ou défensivement, il a toute la palette d’un grand joueur. Il mériterait d’être davantage mis en valeur », estime-t-il. Un autre Toulousain encore trop dans l’ombre ? Le Danois Mikkel Desler, à en croire Rhys Healey : « C’est un latéral droit à l’ancienne. Il court beaucoup, il tacle et il défend très bien. Dans le football moderne, on voit beaucoup d’arrières droits qui ne défendent pas beaucoup. A l’inverse, Mikkel est très solide. Aucun ailier de Ligue 2 n’a pris le dessus sur lui cette saison ».

Après deux ans à l’étage inférieur, les joueurs toulousains s’apprêtent donc à retrouver la Ligue 1 Uber Eats. Ils n’oublieront pas certains duels qui ont marqué leur saison. Anthony Rouault a été impressionné par les Caennais Nuno Da Costa et Jessy Deminguet : « On parle un peu moins d’eux mais ils sont très bons. Ça se voit que Nuno Da Costa est habitué à jouer plus haut. Il est très rapide dans la prise de décisions et l’exécution ». Rhys Healey se souviendra pour sa part d’un défenseur bastiais : « L’adversaire qui m’a donné le plus de mal, c’est Yohan Bocognano. Il ne paie de pas de mine comme ça, ce n’est pas le plus jeune, mais je l’ai trouvé très bon. Grâce à son expérience, il lit très bien le jeu et je n’avais pas réussi à marquer face à lui. Je l’avais félicité après notre match car c’est le défenseur qui m’a donné le plus de fil à retordre ».