Frédéric Piquionne.
Interview

Frédéric Piquionne analyse la saison de l’AS Saint-Etienne

Frédéric Piquionne analyse la saison de l’AS Saint-Etienne

Interview
Publié le 11/06 à 14:18 - NM

Partager

Ancien joueur de l’AS Saint-Etienne aujourd’hui consultant, Frédéric Piquionne revient sur la saison des Verts. S’il avoue ne pas avoir initialement cru à la montée, il a été conquis par le travail d’Olivier Dall’Oglio.

Comment avez-vous vécu la saison de l’AS Saint-Etienne ?
Avec des hauts et des bas, comme l’équipe ! Ça a été une saison très irrégulière. A partir de l’éviction de Laurent Batlles, je pense qu’il y a eu une prise de conscience. Olivier Dall'Oglio a trouvé les mots et a permis à cette équipe de trouver une certaine stabilité. L’ASSE prenait énormément de buts (18 en 17 matchs avant l’arrivée d’Olivier Dall'Oglio) et il a réussi à corriger cela au point de terminer meilleure défense du championnat (31 buts encaissés). On a aussi vu un jeu attrayant et un joueur venu avec plein d’allant au mercato hivernal : Irvin Cardona. Ça a été le joueur, le facteur X de cette équipe sur la fin de saison. Mais ce n’était vraiment pas gagné de voir cette équipe être en course pour la montée.

Vous ne vous disiez pas que l’ASSE allait monter à l’issue de la saison ?
Au début ? Non ! Je ne me suis pas dit que l’ASSE allait monter au vu de tous les manquements qu’il y avait au niveau défensif… Mais, comme les équipes devants n’ont pas su se détacher, une série a suffi à l’équipe pour se repositionner. Elle a montré que lorsqu’on ne perd plus, on peut faire des remontées fantastiques. Finalement, l’équipe aurait même pu monter directement, mais il y a eu un couac sur les trois derniers matchs.

Qu’est-ce qui vous a marqué dans cette équipe ?
La cohésion, l’entraide, l’état d’esprit… Il y a vraiment un groupe qui s’est forgé et les actes l’ont montré sur la deuxième partie de saison.

« Olivier Dall’Oglio ? Sa nomination a été un tournant »

Quelle image forte retenez-vous ?
Le but d’Ibrahima Wadji ! C’est forcément le moment fort de la saison puisque c’est celui qui permet à l’ASSE d’accéder à la Ligue 1. Son but m’a fait penser à celui de Damien Bridonneau, qui avait permis au club d’être sacré champion en 2004. Vingt ans après, c’est un beau symbole !

Vous avez évoqué l’arrivée d’Olivier Dall’Oglio. Qu’aviez-vous pensé de sa nomination ?
C’est un entraîneur que je suis depuis un certain temps. C’est quelqu’un qui a la cote, même en Ligue 1. On sait qu’il sait faire bien jouer ses équipes et il a aussi l’expérience des montées. C’est un coach qui montre une certaine sérénité et c’est ce qu’il fallait à l’ASSE. Quand on est dans un club comme celui-ci, avec plein de fougue et des supporters de folie, c’est bien d’avoir quelqu’un de calme, de serein sur le banc, et c’est ce que dégage Olivier Dall’Oglio.

Pensez-vous que cela a joué avant de disputer les Barrages ?
Oui ! Son calme a fait sa force et le groupe l’a suivi. Il est resté calme, il n’a pas eu de discours négatifs. C’est important pour un groupe d’entendre un coach qui rassure. Je pense que sa nomination a été un tournant de la saison. Cela a été un choix judicieux pour l’ensemble du club.

Au-delà des Barrages, est-ce qu’un match vous a marqué en particulier ?
La réception des Girondins de Bordeaux ! Les Verts perdaient 1-0, étaient réduits à dix et Irvin Cardona a inscrit un doublé venu de nulle part dans le temps additionnel (2-1). C’est le match le plus marquant de leur saison.

« Je regardais l’ASSE en priorité »

Vous avez pris du plaisir à les regarder sur la fin de saison ?
Énormément ! En plus, j’avais souvent la chance de couvrir la Ligue 2 BKT, donc je regardais leur match en priorité car il m’intéressait le plus. J’ai aussi eu la chance d’être présent à Geoffroy-Guichard pour le match aller face au FC Metz. Ça faisait presque 20 ans que je n’y étais pas retourné et c’était particulier. J’ai vu un stade transformé mais avec toujours autant de passion.

Irvin Cardona a brillé sur le front de l’attaque. Qu’avez-vous pensé de ses performances ?
Je n’ai pas été particulièrement surpris car il avait montré de belles choses avec Brest. Même si ça a été plus compliqué ensuite, il a eu l’intelligence de revenir en France et d’opter pour la Ligue 2 BKT. On voit que cela a été un choix pertinent. Maintenant, soit Saint-Etienne mise sur lui pour avoir un peu de stabilité, soit il va retrouver un club grâce à ses bonnes performances. Cela a été un deal gagnant-gagnant.

Est-ce qu’un autre joueur vous a marqué ?
Gautier Larsonneur ! C’est vraiment le type de joueur qu’il faut avoir, un vrai leader, une personne qui rassemble. Il n’a jamais cédé à la panique. Il a été l’un des premiers joueurs à rassurer tout le monde au fil de la saison.

Sur quels joueurs l’AS Saint-Étienne va devoir s’appuyer en Ligue 1 ?
C’est une question difficile ! On ne sait pas qu’elles vont être les finances du club à la suite du rachat. Je pense qu’il faut conserver l’ossature et ajouter un joueur d’expérience par ligne. C’est pratiquement obligatoire d’ajouter des leaders techniques et tactiques pour permettre à l'équipe de se maintenir, et pourquoi pas créer la surprise.