Rhys Healey (Toulouse FC).
Buteurs

Toulouse : Rhys Healey raconté par ses adversaires

Publié le 23/05/2022 à 09:47 - NM

Partager

« Il sent le jeu », « il ne te laisse jamais relancer », « si tu lui laisses un mètre, c’est filoche ». Alors que Rhys Healey vient de terminer meilleur buteur de Ligue 2 BKT, nous avons interrogé ceux qui ont croisé la route du Toulousain pour établir son profil.

« Healey's on fire, your defense is terrified ! » Méconnu à son arrivée au Toulouse FC en provenance du MK Dons à l’été 2020, Rhys Healey vient, deux saisons plus tard, d’être sacré meilleur buteur de Ligue 2 BKT (20 buts), en plus d’être l’un des chouchous des supporters des Violets, comme en atteste cette chanson à son effigie entonnée à chacun de ses matchs. Pourtant, avant de rejoindre l’Hexagone, le natif de Manchester n’avait que peu de références à mettre à son crédit. Quatre rencontres de Premier League avec Cardiff, des passages un peu partout au Royaume-Uni (Angleterre, Écosse, Pays de Galles), allant même jusqu’en 5e division anglaise, et c’en est à peu près tout. A vrai dire, hormis le président du Téfécé, Damien Comolli, pas grand monde n’aurait misé sur un tel succès de l’attaquant quand il a posé ses valises dans la ville Rose. Si son nom était sur toutes les lèvres au Stadium cette saison, il a surtout hanté les têtes de ses adversaires. Du droit, du gauche, en pivot, de la tête, sur coup de pied arrêté, en dehors de la surface : Rhys Healey a marqué dans toutes les positions, et partout. Avec 20 réalisations en 32 matchs, il a terminé la saison devant Gaëtan Charbonnier (AJA, 17) et Alexandre Mendy (SMC, 16) au classement des meilleurs buteurs. Mais sur le terrain, ça donne quoi de se frotter toute une saison au « striker » du Toulouse FC ?

« Il ne te laisse jamais tranquillement relancer »

Premiers éléments de réponse avec Antoine Batisse, le défenseur du Pau FC. « C’est la classe. C’est un attaquant difficile à gérer, il ne rechigne jamais à la tâche. Quand son équipe n’a pas le ballon, il vient toujours te faire le pressing, te harceler et ne te laisse jamais tranquillement relancer le ballon. Il est toujours sur les côtes des défenseurs. Je trouve qu’il représente bien la mentalité anglaise. » Et il se montre pour le moins friand des duels selon le capitaine palois. « Il m’est déjà arrivé d’être en retard dans une intervention et de lui mettre un coup et il n’a jamais mal réagi, confie Antoine Batisse qui a souvent échangé, notamment lors des nombreux amicaux entre Pau et les Violets, avec l’attaquant. C’est un joueur avec lequel tu peux aller au duel et mettre quelques coups tout en restant dans l’esprit du jeu. Si on tombe, il va te taper dans la main. C’est agréable de jouer contre un gars avec cette mentalité. » Un constat pas totalement partagé par Prince Oniangué, le capitaine du SM Caen, seule équipe à avoir battu deux fois le champion de Ligue 2 BKT et face à laquelle l’attaquant n’a pas marqué lors de cet exercice : « Je ne sais pas si c’est parce qu’on était en réussite contre Toulouse cette saison mais, lors des deux matchs, il n’aimait pas qu’on lui rentre dedans. Les duels tournaient toujours à notre avantage ».

« Il sent les coups et excelle dans la zone de vérité »

« C’est un joueur généreux. Il est « chiant » pour les défenses. Il donne parfois l’impression de s’épuiser à courir, mais il est tout de même présent pour conclure les actions », juge de son côté Youssouf M'Changama. Le capitaine et milieu offensif de l’EA Guingamp, qui a vu Healey inscrire un triplé face à son équipe lors de la 32e journée, ajoute : « C’est aussi un roublard et un grand finisseur. Il sait très bien se placer par rapport aux défenseurs adverses. Il ne met que des buts d’attaquant : des buts en pivot, des volées, des têtes décroisées… C’est un pur numéro 9. Il sent les coups et excelle dans la zone de vérité. C’est un joueur qui ne précipite pas ses gestes, il ne panique pas, il est capable de feinter dans la surface. » Lionel Mpasi, gardien du Rodez AF, dépeint le même personnage. « C’est un vrai buteur : il sent le jeu, il joue à l’instinct. Je trouve qu’il est complet. Il se place aussi très bien et a une super frappe de balle. Ses ballons sont toujours flottants. Il met des buts de fou. Physiquement, il n’est pas impressionnant mais il pèse beaucoup sur la défense adverse. Même quand il est isolé en pointe, il arrive à conserver le ballon sans sortir de son registre. Il sait où il est bon et il ne va pas tenter de gestes qu’il ne sait pas faire. Je trouve qu’il est complet. »

« Si tu lui laisses un mètre et que tu ne le serres pas… »

« Sa rapidité d’exécution m’a marqué, confie Oniangué. La priorité quand on l’affronte, c’est de l’empêcher de se retrouver en position de frappe. Après un crochet, il est capable d’enchaîner très vite et il est très juste. Il peut marcher ou être arrêté puis, d’un coup, il va sentir un coup et il va surgir ». Le Caennais est, cette fois, sur la même longueur d'onde que Batisse à propos de celui qui a tenté (106) et cadré (44) le plus de tirs cette saison. « Dans la surface, si tu lui laisses un mètre et que tu ne le serres pas, il est capable de se retourner et de t’envoyer une frappe ou une volée pleine lucarne. Il l’a notamment très bien fait lors de son quadruplé face à Sochaux ou face au Paris FC au match aller. Il avait inscrit un magnifique but qui caractérise parfaitement son style de jeu. C’est pour ça qu’il ne faut jamais le lâcher… sinon c’est filoche. C’est impressionnant ! » Et l’attaquant, en plus de ses buts, s’est parfaitement inscrit dans la philosophie de Philippe Montanier. « Parfois, il ne va pas toucher beaucoup de ballons, mais ses appels vont toujours être intelligents, assure le capitaine de Pau. Comme Toulouse a un jeu très huilé, il fait souvent des courses pour déséquilibrer la défense adverse et libérer des espaces pour ses coéquipiers. »

« Même de la tête, il est très adroit »

Véritable rouleau compresseur cette saison, le Toulouse FC a établi un nouveau record de buts marqués sur une saison de Ligue 2 BKT sous la poule unique : 82 réalisations, détrônant Nîmes et ses 75 buts inscrits en 2017/18. Et si l’attaquant a largement contribué à ce bilan, l’une des raisons se cache aussi derrière sa relation technique avec le maître à jouer des Violets, Branco van den Boomen. « Ils se cherchent tout le temps, affirme Oniangué. Dès que van den Boomen a le ballon, Healey commence à se déplacer. Ça se voit que les deux aiment jouer ensemble et connaissent les habitudes de l’autre. Ils ont une très bonne connexion. En plus, comme tous les coups francs de Branco sont dangereux, il faut vraiment être très concentré sur Healey car sur ces phases de jeu, ils se cherchent aussi et, même de la tête, il est très adroit bien qu’il ne soit pas très grand (1m80). » Cela se confirme sur le plan statistique : l’Anglais a marqué plus de buts de la tête que tout autre joueur de Ligue 2 BKT (6). De quoi confirmer le point à retenir, et sur lequel ses adversaires sont unanimes : « C’est un véritable buteur ! »